Cameroon: Press Release on Arrest of Three Alleged Homosexuals

Press Release

The organizations Alternatives-Cameroon and ADEFHO were informed of the arrest of three alleged homosexuals by the police from the 8th district of the city of Douala.

During the day of 17 April 2011, Mr. Abubakar Silliki and Yannick Mbezele met at village a neighborhood of Douala to solve a problem of money between them. They were joined by two of their friends, named: Nelle and Cedric Pascal Ytembeng. The two friends were unable to agree, and went to the local police station for police mediation.

Once in the police station, Mr. Yannick Mbezele said to the officers that Mr. Abubakar Siliki promised him an amount of 30 000 CFA after having sex. Thus, the two were arrested and put in jail for the crime of homosexuality. Worried that his two friends did not return from the police station, Mr. Ytembeng Pascal went there to learn more. The latter has also been imprisoned on the basis of its deemed very feminine identity.

After two days of police custody during which the preliminary inquiry was held, the three young boys were taken to the Prosecutor of the Ndokoti Court (Douala-Cameroon). Alerted by Alternatives Cameroun, Alice Nkom, Lawyer and President of ADEFHO was eager to make contact with the judicial authorities of the Court of Ndokoti. After having developed a number of arguments from the Cameroonian Penal Code and convinced of the illegality of their arrest, the prosecutor was willing to release them, nevertheless decided to continue procedure . So they will appear in the Court of Ndokoti for a trial of homosexuality and complicity of homosexuality

(Mr. Ytembeng is considered an accomplice of the couple).

The Organizations Alternatives-Cameroon and ADEFHO:

  • Protest against all arrests on the basis of sexual orientation and gender identity.
  • Protest against the use of Article 347 Bis of the Cameroonian penal code which is applied arbitrarily to the detriment of Cameroonians citizens.
  • Call the police authorities of Cameroon to stop such arrests.
  • Call again the Cameroonian government to decriminalize same-sex relationships between consenting adults.

COMMUNIQUE

Les associations Alternatives-Cameroun et ADEFHO ont été informées de l’arrestation de trois présumés homosexuels par le commissariat de police du 8e arrondissement de la ville de Douala.

Dans la journée du 17 Avril 2011, les nommés Aboubakar Silliki et Mbezele Yannick se sont retrouvés au quartier village pour régler un problème d’argent les concernant. Ils ont été rejoints par deux de leurs amis, les nommés : Nellé Cédric et Pascal Ytembeng. Les amis n’ayant pas pu s’entendre, se sont rendu au commissariat du quartier pour une médiation de la police.

Une fois dans les locaux de la police, le nommé Yannick a déclaré aux agents avoir eu des rapports sexuels avec sieur Aboubakar Silliki contre promesse de 30 000 FCFA. C’est ainsi que les deux ont été arrêtés et mis à la cellule du commissariat pour délit d’homosexualité. Inquiet de ce ses deux amis ne revenaient pas du commissariat, le Sieur Pascal Ytembeng, s’y est rendu pour en savoir d’avantage. Ce dernier s’est vu aussi incarcéré sur la base de son identité jugée très féminine.

Après deux jours de garde à vue durant lesquels s’est déroulée l’enquête préliminaire, les trois jeunes garçons ont été conduits devant le Procureur du TPI (Tribunal de Première Instance) de Ndokoti. Alertée par Alternatives Cameroun, Alice Nkom, Avocate et Présidente d’ADEFHO s’est empressée de prendre contact avec les autorités judiciaires du Tribunal de Première Instance de Ndokoti. Après avoir développée un certains nombre d’arguments sur la base du code de procédure pénal et convaincu de l’illégalité de leur maintien en cellule, le procureur de la République a bien voulu les libérer, mais a tout de même décidé de la poursuite des procédures. Ils comparaitront donc devant le Tribunal de Première Instance pour y être jugés pour homosexualité et complicité (Sieur Ytembeng étant considéré comme complice du couple).

Les associations Alternatives-Cameroun et ADEFHO :

  • S’insurgent contre les arrestations basées sur l’orientation sexuelle supposée ou réelle des personnes et l’identité de genre.
  • S’insurgent contre l’instrumentalisation de l’article 347 Bis du code pénal camerounais qui est appliqué arbitrairement au détriment des citoyens camerounais.
  • Interpellent les autorités de police du Cameroun à cesser ces arrestations.
  • Appellent une fois de plus le gouvernement camerounais à dépénaliser les relations de même sexe entre adultes consentants.